Éoliennes de Franche-Comté et constructeurs privés: quelle rentabilité ?

Nous ne sommes pas seuls à constater l’étrangeté du comportement de la société Opale Énergies Naturelles. Dans un article bien senti, les édiles de Abbévillers, pourtant favorables par principe aux énergies renouvelables, n’en peuvent plus des méthodes du constructeur d’éoliennes préféré des investisseurs Chinois.

Télécharger
Pratiques des promoteurs eoliens du Doub
Image JPG 3.6 MB
Promoteurs d'eolienne dans le doubs

 Le projet éolien en question stagne maintenant depuis des années, et pourrait bien atteindre la date de fin de bail, en 2018, sans avoir été réalisé.

 

Tout profit pour les riverains, excédés notamment par le manque systématique d’informations et de contacts avec la société Opale. Mais au-delà de ce constat, reste que les méthodes utilisées par les promoteurs des projets éoliens posent question.

Rendement n’est pas rentabilité

Rentabilité des projets eoliens dans le doubs

L’impression prévaut de plus en plus que les constructeurs d’éolienne industrielles tentent, non pas de répondre à un besoin en énergies renouvelables par une production et un rendement satisfaisants, mais plutôt à installer le plus possible de capacités, sans se préoccuper de leur rendement. Ce sentiment se trouve conforté dès lors qu’il semble impossible de savoir si la part de la contribution au service public de l'électricité

(CSPE) attribuée aux constructeurs d’éoliennes est calculée sur le rendement ou sur la capacité installée.

De quoi nourrir la suspicion puisque si c’est la deuxième réponse qui est la bonne, Opale et Velocita ne doivent même pas se préoccuper du fait que les éoliennes produisent ou non de l’électricité… La rentabilité de leur projet éolien est assurée! Ce qui pourrait expliquer, notamment, leur obstination à installer dans le Doubs le plus grand parc éolien de France alors qu'il s'agit de la région la moins venteuse du pays…

Rentabilité? Pas pour tout le monde!

La façon dont les industriels rentabilisent leurs projets éoliens reste donc floue, même si l’on sait, vu leur empressement à s’y lancer, que rentabilité il y a.

Aussi, certains citoyens se laissent séduire par des offres apparemment mirobolantes de « participation » proposées par les constructeurs. Ces derniers suggèrent à des riverains d’investir des montants modestes avec la promesse d’un rendement de 5 à 7%. Mais ces investissements dits « citoyens » sont limités à un total de 60.000 euros par projet d’éoliennes terrestres. Autant dire un souffle dans le vent. Nous ne saurions trop recommander la prudence aux candidats "eco investisseurs", au vu de certaines expériences éoliennes passées qui ont tourné à la débandade.

Les projets d’éoliennes « citoyennes », les vrais, sont encore trop rares en France, mais de belles initiatives de projets éoliens citoyens commencent à émerger. Nous y reviendrons.

Projets éoliens pour quoi faire?

Nous n’en serions pas là si le business du vent était organisé en toute transparence et ne suscitait pas la méfiance à tant de niveaux: celui de l’efficacité, celui du rendement, celui du financement, celui des implantations anarchiques, celui de la rétribution des communes hôtes, celui de l’actionnariat et celui de l’utilisation des deniers publics, pour n’en citer que quelques-uns…

Qu'en pensez vous? N'hésitez pas à poster vos commentaires - Cet article vous a été utile? Partagez le! 


Écrire commentaire

Commentaires : 0