A Lantenne Vertière non plus, ce n’est pas «Eolienne Verticale contre Nucléaire»

Télécharger
L'Est Republicain 26.06.2017, p21.pdf
Document Adobe Acrobat 340.8 KB

Décidément, il n’est pas un coin du Doubs qui échappe à la voracité d’Opale et de Velocita dans leur course éperdue à l’implantation de parc à eolienne verticale.

Après Anteuil et Fontenelle, une nouvelle situation analogue s’est fait jour à Lantenne-Vertière. 


Lantenne-Vertière: les éoliennes verticales de la discorde

À Lantenne-Vertière et à Mercey-le-Grand, l’association « Les amis de Beauregard » est montée au créneau contre le projet de parc à eolienne verticale consistant en pas moins de 14 eoliennes, dont certaines situées à 640 mètres à peine des habitations. Sans aucune prise en compte des avertissements de l’Académie de Médecine quant aux dangers du bruit et des infrasons, entre autres.

De l'eolienne verticale à gogo

Quant au maire de cette commune, il patauge dans le discours archi convenu et rabâché qui consiste à prétendre qu’il faut nécessairement choisir entre l'eolien vertical, la peste, et le nucléaire, le choléra. « La problématique de l’énergie ne peut pas être que nationale, aujourd’hui, dans notre territoire, on doit prendre notre part à la production d’énergie et ne pas laisser le soin de la production d’électricité à d’autres. Je préfère léguer à mes petits-enfants de l’éolien plutôt que du nucléaire », a déclaré Thierry Malésieux aux journalistes.

Ce n’est pas «Eolienne Verticale contre Nucléaire»

Oui, M. le Maire, sauf que : «notre territoire» (le Doubs) paie actuellement un tribut démesuré par rapport à la moyenne nationale, d’autant plus qu’il s’agit d’une des régions les moins favorables à l'eolienne verticale de toute la France au niveau du vent.

Sauf que « prendre notre part à la production d’énergie et ne pas laisser le soin de la production d’électricité à d’autres » consiste, dans son chef, à offrir, grâce à l’argent public et sans appel d’offres, la production d’énergie à des sociétés commerciales étrangères dont la seule raison d’être est d’en dégager un maximum de profit sans se préoccuper des éventuelles nuisances.

Sauf que l’alternative n’est pas de «léguer à ses petits-enfants de l’éolien plutôt que du nucléaire», mais de léguer à nos petits-enfants une stratégie énergétique renouvelable équilibrée dans laquelle les citoyens sont partie prenante et dans laquelle les investissements publics profitent… au public ! 

Eolienne verticale géante, distance augmentée!

Enfin, l’article du journal précise, eu égard à la distance réglementaire des éoliennes verticales par rapport aux maisons en France, que « a loi fixe le seuil à 500 m et [que], dans les 4 villages, il est respecté». Sans doute, mais encore faut-il préciser que cette loi date d’il y a 20 ans, époque où l’éolienne verticale était beaucoup moins grande, moins bruyante, moins dangereuse et moins gênante visuellement que celles, géantes, que l’on implante actuellement en Franche Comté.

 

Celles-ci, rappelons-le, culminent à 195 mètres – il faut bien aller chercher le vent, déjà rare, là où il a l’amabilité de passer. Très haut. C'est ainsi que le Jura va avoir l'honneur d'accueillir un parc d'éoliennes verticales, (momentanément) les plus hautes de France. Entre le Jura et le Doubs, il n'y a qu'un pas, qu'un souffle...

Écrire commentaire

Commentaires : 0