L’aérogénérateur dans Marianne: ce qu’il faut retenir

Télécharger
Marianne 25.08.17 p36-39.pdf
Document Adobe Acrobat 7.6 MB

Le long article paru dans l’hebdomadaire «Marianne» sur la prolifération d’aérogénérateur dans le Doubs vient ajouter de l’eau au moulin des associations de défense du paysage et des citoyens qu'elles représentent.


Depuis des mois, l’ADCA explique que des sociétés comme Opale et Velocita utilisent la transition énergétique comme prétexte pour se remplir les poches grâce à nos impôts. Chaque aérogénérateur planté «dans notre jardin» pour 60 ans minimum est comme un parcmètre dans lequel nos sous disparaissent sans rien nous rapporter.

Pendant que nos mairies s’accrochent aux quelques milliers d’euros que ces entreprises veulent bien leur laisser en dédommagement des dégâts irrémédiables causés à l’environnement, Opale, Velocita et Volkswind engrangent des profits colossaux grâce aux aides de l’Etat.

 

C’est immoral et malhonnête, dès lors que les habitants de la région n’en profitent aucunement.

Qui profite de l’aérogénérateur?

Chez les industriels de l’aérogénérateur, on se fiche bien des effets des infrasons sur les vaches et sur les gens.

On s’en fiche des paysages:, à la Côte d'Armont mais aussi comme on va encore le voir avec un nouveau projet éolien prévu dans le Doubs, en vue de la citadelle de Besançon!

Elle a bon dos, la transition énergétique: le contribuable paie, les entreprises étrangères empochent puis s’en vont, sans se préoccuper des conséquences. Les révélations parues dans Marianne confirment ce que l’ADCA clame depuis le début: les parcs d’aérogénérateur qui se multiplient dans notre belle région n’y sont que grâce à l’extrême complaisance des pouvoirs publics à l’égard des industriels du vent.

Opale et Velocita ne créent aucun emploi dans nos villages. Tous les travailleurs présents sur leurs chantiers par exemple, viennent de l’étranger: Pologne, Espagne, Danemark…  Le journaliste précise bien que lors de sa visite sur le chantier éolien de Rougemont, aucune des personnes présentes ne parlait le français!

Opale nous a mené en bateau depuis le début, faisant miroiter des retombées mensongères, utilisant tous les subterfuges possibles pour tromper la vigilance des citoyens.

société derrière les parcs daérogénérateur du Doubs
20 rue de la paix, Strasbourg (G Maps), Cliquez pour agrandir

Heureusement, certains ne se sont pas laissé faire et ont compris le fonctionnement des multinationales de l’éolien. 120 sociétés comptant à peine 10.000 euros de capital hébergées à la même adresse à Strasbourg, voilà qui est civilement responsable de ces constructions hideuses à plusieurs millions! En cas de pépin, salut la compagnie, pas vu pas pris, débrouillez-vous. 

Un aérogénérateur à profits

À l’autre bout de la chaîne de ces petites structures qui endossent toute la responsabilité des parcs d’aérogénérateur, Opale vient de publier ses résultats financiers: ils révèlent de plantureux bénéfices. Avis aux co-actionnaires d’une certaine unité de méthanisation… Nous aurons l'occasion de revenir sur ce sujet.

Écrire commentaire

Commentaires : 0