Distance "éolienne-maison" supplantée par rentabilité

Lorsque J.-L. Bertron, administrateur de l'ACBFC, s’exprime sur les pratiques des sociétés d’éoliennes, il ne prend pas de gants pour dénoncer leurs pratiques douteuses. 

Pratiques des constructeurs éoliens vis à vis des citoyens

Loin d’être motivées par des motifs écologiques, dès lors qu’ils se fichent comme d’une guigne de l’environnement naturel, leur seule préoccupation est la rentabilité du projet éolien.

À cet égard, l’orateur revient sur une particularité des dossiers défendus par Velocita/Opale: celui de l’investissement citoyen. Les constructeurs d’éoliennes font appel à une « participation citoyenne » de… 60.000€/projet (une éolienne verticale coûte entre 1 et 2 millions d’euros, et chaque projet en compte entre 5 et 10), à raison de 1500€maximum par investisseur. Et ils promettent des rendements de rêve, de 5 ou 7% annuels! De quoi faire pâlir la plus généreuse des banques…

Quand les constructeurs proposent que des "éco-citoyens" financent le projet éolien - Analyse

Les projets éoliens sont souvent sous-capitalisés

Alors pourquoi ces 60.000 euros, soit une goutte d’eau dans la mer? Selon nous, il ne saurait s’agir que d’un trompe-l’œil destiné à faire croire que les fermes éoliennes industrielles ont une démarche citoyenne, ce qui leur donne évidemment une meilleure réputation.

Toutefois les montants en jeu sont à ce point ridicules que personne n’est dupe. Quant aux citoyens candidats investisseurs, qu’ils se méfient: les sociétés par actions simplifiées (SAS) constituées par Velocita pour exploiter les parcs éoliens sont largement sous-capitalisées (10.000€ de capital pour des projets de 20 millions).

Qui plus est, Velocita n’apporte pas de réponse aux questions suivantes: que devient l’argent des petits investisseurs en cas de cessation des activités de la SAS promotrice? Qui paiera pour la maintenance et le démantèlement? Velocita provisionne 5000€ pour chaque éolienne; alors que le démantèlement d’une seule coûte… 400.000€, au bas mot! En réalité, la rentabilité des investissements des industriels de l’éolien réside dans la revente des fermes éoliennes avant que celles-ci ne perdent en rentabilité en engendrant des coûts de maintenance. 

Quant aux citoyens "éco investisseurs" dans un projet éolien, l'Economie Matin  évoque la faillite!

Les projets éoliens ont un profil de rentabilité risqué

Il faut se souvenir quand dans une affaire connexe, le promoteur d’énergies renouvelables du groupe FSB Holding et sa filiale France Energies Finance (FEF), proposaient des prêts analogues aux taux de rendements annuels « garantis » de 5 à 7% eux aussi. Ils ont ainsi récolté 50 millions, rapidement détournés au profit de structures de la maison mère FSB.

Il s’agissait en réalité d’un montage pyramidal classique de type « Ponzi », où l’argent des nouveaux investisseurs sert à payer les intérêts aux précédents.

Et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’argent. C’est le principe de la célèbre arnaque qui a mené Bernard Madoff en prison pour 150 ans


Depuis, Velocita, sans doute échaudé de constater que l’on connaissait ses accointances avec les paradis fiscaux, a revendu ses actifs français à des Chinois. Ceux-ci font construire les éoliennes au Danemark et les font installer par des ouvriers polonais, roumains ou espagnols. J.L. Bertron rappelle qu’en Chine, il n’existe pas de normes de sécurité pour les éoliennes… Est-ce cela que veulent nos élus du Doubs? Est-ce cela le bon usage qui est fait de nos impôts?

Cet article et sa vidéo peuvent-ils en documenter d'autres?

N'hésitez pas à les commenter et à les partager


0 commentaires